Organisation

Sous l’autorité de son Président, la Miviludes est constituée d’une équipe permanente interdisciplinaire dirigée par un secrétaire général, magistrat de l’ordre judiciaire.

Elle est composée de conseillers mis à disposition par tous les ministères concernés par la politique publique de lutte contre les dérives sectaires : Intérieur, Justice, Santé, Economie et Finances, Education nationale, Affaires étrangères.

Elle est organisée en six pôles de compétence, assistés d’un service de documentation/bureau d’ordre et d’un secrétariat.

Le Président de la Miviludes préside également deux instances collégiales, réunies tous les deux mois :

  •  un comité exécutif qui réunit les représentants des différentes grandes directions des ministères concernés (article 4 du décret n° 2002-1392 du 28 novembre 2002)
  •  un conseil d’orientation. Structure de dialogue, ouverte à la société civile, le Conseil d’orientation est composé de 30 membres, nommés par arrêté du Premier ministre : parlementaires, représentants de la haute fonction publique, du mouvement associatif, du monde médical ou du secteur économique et social (article 5 du décret n° 2002-1392 du 28 novembre 2002).

Au niveau local, la politique de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires est assurée par les préfets de département, qui coordonnent l’action des services déconcentrés en ce domaine, en réunissant notamment des groupes de travail restreints à dimension opérationnelle auxquels participe la Miviludes.

La Miviludes dispose enfin de correspondants régionaux désignés par certaines administrations. Points de contact au sein des services déconcentrés de l’Etat ou des instances professionnelles concernées, ils sont chargés d’assurer le suivi de ces questions et de contribuer à la sensibilisation des agents et à l’information des usagers.

Haut de page